L'Escleriade : Maison d'Hôtes de charme en Provence

Maison d'Hôtes de Charme en Provence

Gites de France 3 épis Charmance La version française du site de l'Escleriade English version of Escleriade website

A découvrir Chez nous... vous êtes ailleurs

Saoû (68 KM)

Pourquoi se rendre à Saoû alors que les environs de l’Esclériade sont si propices aux découvertes et aux activités de plein air.

Tout d’abord pour le trajet. Après être passé par Nyons, que vous pouvez visiter en d’autres occasions, vous longerez le pied de la montagne de la Lance et les jolis villages de Venterol et de Rousset-les-Vignes pour laisser les oliviers noueux et centenaires derrière vous, avant de faire halte, en Drôme Provençale, au pays de Dieulefit

Une vieille légende du Pays de Dieulefit raconte que lorsque Dieu entreprit de créer le Monde, Il en réalisa tout d'abord une épure : un climat idéal avec des paysages et des couleurs baignant dans la douceur de l'enfance. Au terme des sept jours de la Création, ce serait avec l'argile de ce pays primordial qu'il aurait façonné le premier homme… Aquéu païs Diòu lou faguèt e l’amarés coumo lou paradis

Decouvrir Sou

C’est également avec cette argile que de tous temps la poterie a fait partie du savoir-faire du pays de Dieulefit : on trouve des traces de poteries et de fours datant de l’époque gallo-romaines lors de fouilles archéologiques. Au cours des siècles ce savoir faire s’est développé. Plus de 100 ateliers sachant marier le vert et le jaune de leurs pigments en d’infinies et subtiles nuances étaient recensés dans la seule vallée du Jabron à la fin du XIXème siècle.

Avec le déclin de l’activité industrielle, le purement utilitaire a laissé place à l’artistique au cours du 20ème siècle -sous l'impulsion d'Étienne Noel, artiste polyvalent (il était également maître-verrier et peintre) et fécond- pour faire de Dieulefit une véritable capitale de la poterie d'art. Aujourd'hui, dans Dieulefit et les villages environnants, notamment dans le village médiéval du Poët-Laval, de nombreux ateliers de potiers et de céramistes perpétuent avec talent cette longue tradition.

Après Dieulefit, faites une halte au Poët Laval, village perché du XIIème siècle, classé « Plus Beaux Villages de France », qui offre un superbe panorama sur la vallée du Jabron.. Le site du Poët-Laval a vu le jour à l’instigation de la Commanderie de l’Ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem. Cet ordre mi-religieux mi-militaire de moines soldats, voués à l’hospitalité, construisit le château et une chapelle sur le « monticule dans la vallée » : Pogetum Vallis. Le château, dont le donjon massif domine le village, se visite, de même que le musée du Protestantisme dauphinois installé dans ce qui fut un temple protestant à partir du 17e siècle.

Pour rejoindre Saoû, passez par la Bégude de Mazenc et Cléon d’Andran où vous pouvez faire une petite halte chez Patrick Jouve, biscuitier artisanal, qui vous proposera d’excellents et originaux biscuits salés aux olives pour accompagner un bon pastis. Après Soyans et ses deux tunnels percés dans la roche des gorges du Roubion, vous êtes à destination.

Decouvrir Saou

Il existe, à n’en pas douter, de par le monde, et notamment à proximité de l’Esclériade, des villages et panoramas plus exceptionnels que le site de Saoû. En revanche, lorsque l’on découvre ce paisible village comme posé sur la plaine du Roubion à l’ombre des aiguilles et falaises du plus haut synclinal perché d’Europe on est frappé par la quiétude et la douceur que dégage le paysage et l’on se sent irrésistiblement poussé par l’envie d’aller explorer les forêts et territoires que l’on devine en arrière-plan

Le synclinal date d’environ 80 millions d’années et s'est formé en même temps que l'apparition des Pyrénées. L'érosion des deux anticlinaux dominant le synclinal, a fait que ce synclinal est devenu le « point haut » du pli, d’où le qualificatif « perché ».

Il s’étend sur 13 km de long sur 3 à 4 km de large, et dispose de deux accès : le Pertuis et le pas de Lausens. Son fond est traversé par la Vèbre et couvert d'une belle forêt aux essences variées. La faune et la flore, protégées par la barrière naturelle et aussi grâce à la situation intermédiaire entre le Vercors et le Ventoux, y sont exceptionnelles par leur diversité. En particulier des Faucons pèlerins viennent nicher et se reproduire dans les vertigineuses falaises de son flanc est (Veyou, 1589m) qui font le bonheur des écoles d'escalade.

L’immense forêt de Saoû a de tous temps été exploitée et, parce qu’elle était inexpugnable, a servi de refuge aux protestants durant les guerres de religion puis, plus récemment aux maquisards.

En 1924, Maurice Burrus, richissime homme d’affaires ayant fait fortune dans le tabac, est tombé amoureux de l’endroit. Devenu propriétaire de toute la forêt, il y a entrepris un important reboisement, fait construire un circuit touristique de 27 kms ainsi que l’Auberge des Dauphins inspirée du Petit Trianon de Versailles.

La forêt, à présent propriété du Conseil Général de la Drôme, offre une infinité de possibilités de promenades, à pied ou en VTT. Encore aujourd’hui, quand on pénètre à l'intérieur du synclinal, on se sent isolé, transporté dans un autre monde et surtout dans le calme et la grandeur de la nature.

« Revenir au menu découvrir