L'Escleriade : Maison d'Hôtes de charme en Provence

Maison d'Hôtes de Charme en Provence

Gites de France 3 épis Charmance La version française du site de l'Escleriade English version of Escleriade website

A découvrir Chez nous... vous êtes ailleurs

Avignon 50 Km

Capitale du monde chrétien au 14ème siècle, la ville avait alors la taille de Bruges, Londres ou Rouen, Avignon peut s’enorgueillir d’un patrimoine historique et architectural remarquable qui justifie une journée de visite au départ de l’Esclériade. A lui seul, le centre historique d’Avignon regroupé autour du Rocher des Doms et classé par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité, offre un ensemble monumental exceptionnel constitué du Pont saint Bénezet, des Remparts, du Petit Palais, de la Cathédrale des Doms et des murailles impressionnantes du Palais des Papes encadrés par ses douze tours.

Decouvrir Avignon

Le Palais des Papes fait partie des 10 monuments les plus visités en France. Principalement œuvre de deux papes bâtisseurs (Benoît XII et Clément VI), il a été édifié à compter de 1332 et représente le plus important palais gothique du monde (15 000 m2 de surface, soit en volume 4 cathédrales gothiques). Il résulte, pour sa construction et son ornementation, du travail conjoint des meilleurs architectes français, Pierre Peysson et Jean du Louvres, et des plus grands fresquistes de l'École de Sienne, Simone Martini et Matteo Giovanetti.

«On ne saurait concevoir un ensemble plus beau dans sa simplicité, plus grandiose dans sa conception. C'est bien la papauté tout entière, debout, sublime, immortelle, étendant son ombre majestueuse sur le fleuve des nations et des siècles qui roule à ses pieds.» (Charles de Montalembert)

A la fois forteresse, résidence pontificale et siège de la chrétienté d'Occident il a accueilli 6 papes durant plus de 40 ans jusqu’à leur retour à Rome. Par la suite, occupé par les légats et vice légats pontificaux il a gardé un rôle important dans l’organisation de l’église jusqu’au XVII siècle. Après la révolution il a été occupé par l’armée et par une prison, ce qui l’a dégradé. Sa Rénovation a été entreprise à compter de 1882 par Violet le duc et continue de nos jours.

Le Pont Saint Bénezet est connu des enfants du monde entier qui apprennent tous sa comptine. L’hypothèse existe qu’un pont aurait franchi le Rhône à cet endroit dès l’époque romaine. Une légende veut aussi que, en 1177, un jeune berger ait entendu une voix venue du ciel qui lui disait : « Bénezet, prends ta houlette et descends jusqu'en Avignon, la capitale du bord de l'eau : tu parleras aux habitants et tu leur diras qu'il faut construire un pont ». Cela serait donc sur les ruines du pont romain qu’un ouvrage fait de passerelles de bois appuyées sur les piles de pierres restantes a été terminé en 1184. Dès lors le pont existait. Il assurait le transit des marchands et des pèlerins qui se rendaient en Italie ou en revenaient. Il fit d’Avignon une ville cosmopolite de commerce et de passage. Par la suite, la confrérie de « l’œuvre du pont » entreprit la construction d'un pont gothique de 22 arches entièrement en pierre qui, sur plus de 900 mètres reliait Avignon à Villeneuve. Ce pont, nécessaire au commerce était également indispensable à la cour pontificale installée en Avignon au XIVe siècle. En effet, les cardinaux s’étaient installés à Villeneuve pour fuir les nuisances d'Avignon, qualifiée alors par le poète Pétrarque de "plus infecte et plus puante des villes de la terre" L’entretien du pont, pavé en 1377, représentait une charge considérable vu les incessantes crues du Rhône. Après le départ des papes, les ressources diminuèrent et il se dégrada. Louis XIV, qui refusait de payer pour sa remise en état, est l'un des derniers à avoir franchi le pont avant qu’il ne s’effondre au XVIIe siècle.

Decouvrir le pont St Benezet

Les remparts que l’on peut voir aujourd’hui datent de 1357 et ont été érigés à l’initiative des papes pour protéger Avignon des incursions des brigands et des pillards. Financés par les subsides de la puissance papale mais également par les produits d’une gabelle sur le vin, sur le sel et sur les marchandises et tout d’abord simples fossés et palissades de bois ils furent rapidement remplacés par des ouvrages en pierre. Achevée en 1372, cette nouvelle muraille était haute de huit mètres, longue de plus de quatre kilomètres et protégée par 35 tours carrées, par des douves alimentées par les eaux de la Sorgue, ainsi que par des ponts levis munis de herses et de portes monumentales

En partie détruits au XVème siècle par les Catalans, les remparts d’Avignon furent par la suite régulièrement adaptés pour faire face à l’évolution de la ville et aux progrès de l’artillerie. Ils ont été restaurés par Viollet le Duc à compter de 1860. Malgré leur doublage par un mur intérieur et la disparition des fossés, des portes d’entrée et des ponts levis, les remparts d’Avignon demeurent proches de leur configuration initiale.

Avignon intra muros ne se résume pas à ses seuls monuments emblématiques. La ville fourmille de richesses architecturales et historiques : palais, mais aussi couvents, églises ou chapelles, mais aussi hôtels particuliers ou maisons bourgeoises, mais aussi moulins et anciennes teintureries dont les roues à aube tournent encore. A deux pas du palais des papes la magnifique basilique Saint Pierre marque la transition entre le gothique finissant et la renaissance tandis que place Pignotte la façade baroque de la chapelle de la Visitation jouxte l’harmonieuse proportion d’une chapelle du XVIIIème siècle. En flânant dans ses ruelles étroites pavées de calades on découvre de magnifiques portes en bois sculpté, de superbes statues enchâssées dans des niches, et de très nombreux musées.

Decouvrir la porte St Pierre

Citons-en trois parmi bien d’autres :

  • Le musée Calvet, le plus célèbre musée d'Avignon, fondé en 1810 par le collectionneur Esprit Calvet a récemment été restauré et repensé par l'architecte Philippe Dubois. Il permet la mise en valeur d’une somptueuse collection de peintures des XVIIè et XVIIIè siècles, une collection de ferronnerie des XIVè et XVè siècles et de nombreuses autres pièces et objets (28 000 à l’inventaire) qui couvrent aussi bien l'archéologie, les arts décoratifs, l'ethnographie ou encore les beaux-arts,
  • - Le musée Angladon présente un ensemble d'œuvres issues de la collection du couturier Jacques Doucet (Cézanne, Van Gogh, Modigliani, Picasso, Degas...),
  • Enfin le Musée du Petit Palais, situé dans l’ancienne résidence des archevêques d'Avignon datant du XIVe siècle, abrite un ensemble de peintures d'avant la deuxième moitié du XVIe siècle, dont l'une des plus importantes collections internationales de primitifs italiens, la plus grande en France après celle du musée du Louvre.

Ne quittons pas Avignon sans évoquer son festival qui attire durant quinze jours à la mi juillet plus de 700 000 spectateurs. Fondé par Jean Vilar en 1947 dans la cour d’honneur du palais des papes, le Festival In s’est progressivement étendu sur une vingtaine d’autres lieux. Il est à la fois un lieu de rencontre entre des créateurs du monde entier -certains très avant-gardistes- et leur public, un lieu d’échange entre professionnels et un lieu de rendez vous des médias. L’impact du festival In a été tel qu’il a progressivement attiré un nombre croissant d’artistes et de compagnies venant s'y produire spontanément, pour aboutir à la naissance du Festival Off, devenu aujourd’hui, avec un raz de marée de près de 1200 spectacle présentés sur 120 lieux, le plus grand festival de compagnies indépendantes au monde.

Alors, si vous êtes à l’Esclériade en juillet et si le monde ne vous fait pas peur, une visite à Avignon s’impose.

« Revenir au menu découvrir